Plus qu’un long discours, voici le texte que j’adressais en Septembre dernier à mes collègues présidents de groupes du conseil municipal, ainsi qu’à des personnalités locales, en accompagnement d’une pétition initiée par une association de solidarité avec les camps de réfugiés palestiniens :

« La tragédie du peuple palestinien se déroule depuis 1948 et elle n'a que trop duré.

Ce peuple, depuis 65 ans bientôt, n'a pu que constater la réduction de sa terre et la remise en cause de sa culture et de son histoire, quand ce n'est pas la négation de son existence en tant que peuple.

Aujourd'hui, sur les quelques pourcentages de "Terre promise" qu'il lui reste, et malgré les accords d'Oslo de 1993, il ne maîtrise nullement ce territoire, encore moins son destin : implantation de colonies, construction du "Mur de la Honte", rétention de ressources financières (notamment fiscales) par Israël, destruction de maisons,...., sans parler de la situation générale d'occupation militaire: tel est le lot quotidien des Palestiniens et de leur gouvernement.

Ce peuple dispose aujourd'hui d'institutions, d'un territoire 'putatif', d'une société diversifiée comprenant des élites aptes à gérer un Etat, de ressources (même si Israël s'est vu attribué en 1948 les meilleures terres de la Palestine historique)



Aujourd'hui, et même si d'autres peuples sont en souffrance de ne pouvoir vivre en paix sur un territoire pour décider de leur destin (Tibétains, Kurdes, Saharaouis,...), la liberté, l'indépendance et la démocratie ne sont pas divisibles : elles sont ou elles ne sont pas.

Les malheurs d'un peuple ne sauraient être détournés de notre attention au motif qu’un autre peuple ne peut, lui aussi, décider de son destin. Les Droits de l'Homme ne sont pas à géométrie variable, au gré des idéologies ou des intérêts stratégiques.



Aujourd'hui la France dispose d'une majorité de Gauche aux plus hauts niveaux du pouvoir: Chef de l'Etat, Gouvernement, Parlement. Alors que vient de s'ouvrir l'assemblée annuelle de l'ONU, notre gouvernement doit soutenir l'admission de la Palestine dans le concert des nations, puisqu'elle a déjà été reconnue par quelques 120 pays »

La Palestine n’est pas encore un pays et un Etat à part entière ! Palestine_-_Camp_2.jpg

Car un pays, un Etat, ce n’est pas qu’un drapeau, un hymne national et un équipe de football. C’est avant tout un peuple qui maîtrise son destin, une communauté qui dispose d’un territoire sur lequel des compétences, politiques, juridiques, économiques, sont exercées, compétences confiées à une autorité légitime.

Or, aucune de ces conditions n'est remplie aujourd’hui quant à la situation palestinienne : la Palestine demeurera une colonie sous la botte israélienne tant qu’elle ne disposera pas de trois garanties fondamentales :

  • un territoire libre de toute occupation par une armée étrangère ou de toute colonisation par des populations étrangères, ce qui réclame : Palestine_-_Carte__4__tats_-_grand_format_.jpg

-le retrait de l’armée israélienne des « territoires palestiniens » reconnus par les accords d’Oslo de 1993

-la constitution de l’Etat palestinien dans les frontières d’avant 1967

-l’arrêt et le démantèlement des colonies israéliennes implantées en Cis-Jordanie

  • l’autorité pleine et entière sur ce territoire, la liberté d’y aller et venir, d’en sortir et d’y revenir comme bon vous semble, mais aussi de pouvoir y recevoir celles et ceux qui souhaitent vous rendre visite, ce qui réclame : Palestine_-_Mur___tourelle.jpg

-le démantèlement des « check-points » et la destruction du Mur par Israël, et le contrôle des frontières et du territoire par les autorités palestiniennes (abrogation des différentes zones, A, B & C)

-la fin des contrôles et des arrestations par l’armée et les services secrets israéliens en « territoire palestinien » (le député M.Barghouti a été enlevé de cette façon)

-la libre circulation dans le territoire palestinien ainsi que son libre accès aux Palestiniens (plusieurs millions vivent à l’étranger) ainsi qu’aux étrangers désirant se rendre en Palestine (aujourd’hui, on atterrit à …Tel Aviv, et je passe sur les contrôles policiers)

  • la capacité de créer, d’exploiter et de tirer profit de ses propres richesses, ce qui réclame : Palestine_-_destruction_oliviers_2.jpg

-la fin des destructions systématiques de terres arables et de plantations, sans parler de l’insécurité pour les paysans, victimes des colons

-la fin du blocus économique terrestre et maritime

-la restitution des taxes provenant de l’activité économique dans les « territoires palestiniens » mais perçues par Israël ‘au profit’ de l’Autorité palestinienne (Nethanyahou, suite au vote de l’ONU, vient d’annoncer un nouveau blocage des fonds, 92 millions € !)

Allez Messieurs les chefs d'Etat occidentaux, Hollande et Obama en tête, faites preuve de la même diligence que vous montrâtes en faveur du Sud-Soudan ou de la Macédoine, qui n'avaient jamais été auparavant, membres du Concert des Nations !

Palestine_-_Drapeau___V_de_Victoire.jpg