Bien que le vote FN n'ait pas été à la hauteur des résultats prévus par les sondages, l'on ne peut se satisfaire du score atteint par le parti d'extrême-Droite

La Droite se gargarise de la défaite du PS. Si le résultat du parti au pouvoir est certes un camouflet aux choix gouvernementaux, les Verts et le Front de Gauche ne capitalisent pas le mécontentement. Sans doute parce que, désormais, ce dernier se double d'une certaine désespérance devant les espoirs déçus depuis près de trois ans. Assurément parce que l'exaspération de pas voir leur quotidien s'améliorer a poussé plus de la moitié des électeurs à bouder les urnes.

L'absence de candidats de Gauche dans 500 cantons pour ce second tour crée un paysage politique nouveau et bien inquiétant.

Des départements gérés par la Droite alliée à l'extrême-Droite, voire dirigés par le FN, seraient de mauvais augure pour les personnes et familles les plus modestes : ce sera la réduction des budgets sociaux indispensables, la baisse des investissements dans les crèches & les maisons de retraites, l'abandon de la rénovation des collèges et le refus de la création culturelle.

Mettre la Droite & l'extrême-Droite à la tête des départements, comme dans le 77, ce seront, sous couvert de lutte contre l'assistanat, les catégories sociales les plus fragiles, déjà privées de l'accès à l'emploi & au logement, qui subiront de nouvelles atteintes à leurs droits ; ce seront des services publics en moins ; ce seront des équipements moins entretenus.

Qu'on ne se trompe pas sur le discours de l'UMP & de Sarkozy : il y a désormais une porosité entre la Droite & le FN, un socle commun d'idéologie nauséabonde.

C'est pourquoi une digue doit être érigée contre leurs idées & leurs projets

Pas une voix ne doit manquer aux candidats PS, PCF et Verts restés en lice !

Mais, là où le duel sera entre UMP ou UDI & FN, malgré le discours maintenant jusqu'au-boutiste des leaders de la Droite, tout être fait pour empêcher l'élection de conseillers départementaux d'extrême-Droite.

Donc, s'abstenir dimanche, c'est laisser la porte ouverte au FN !