L’entreprise idéologique de la « pensée unique » a réussi à gommer toute référence aux classes, jusqu’au champ du travail universitaire. C’est pourquoi l’on doit se féliciter de la parution d’un ouvrage collectif Sociologie des classes populaires contemporaines dont je reproduis ici des extraits de la présentation dans l’Humanité (7 avril 2015) par ses auteurs.

« Il semble aujourd’hui plus facile de parler de classes sociales pour décrire le haut de la société que le bas. La croissance des inégalités de richesse économique, le maintien des écarts de richesse culturelle en dépit de la massification scolaire, la culture d’un entre-soi résidentiel dans des espaces proches des centres urbains offrent aux groupes sociaux les mieux dotés des conditions d’existence et un avenir privilégiés, pour eux-mêmes comme pour leurs enfants ».

bal_des_d_butantes.jpgLes Pinçon-Charlot l’ont fort bien montré lorsqu’ils décrivent les alliances matrimoniales, les rallyes & autres bals des débutantes, mais surtout les réseaux d’accès aux responsabilités.

Passons à l’autre extrémité de l’échelle sociale. « Mais parler des classes populaires fait davantage problème »

En fait, l’on ne peut simplement additionner statistiquement les ouvriers & les employés, car ils forment un ensemble hétérogène qui n’est pas exempt d’inégalités : classes_pop.1.jpg « Ouvriers & employés stables des fonctions publiques et des grandes entreprises ont aujourd’hui un avantage certain sur ceux des petites entreprises ou sur les contractuels voués au chômage & à la précarité. Mais s’il existe bel & bien des écarts en matière d’existence et de style de vie entre ouvriers & employés, et en leur sein, ces écarts sont moins importants que ceux qui, encore et toujours, les séparent des classes moyennes & supérieures »

Eh Oui, c'est bon de le rappeler !

« C’est net en termes de salaires (écarts de 1 à 3) et encore plus de patrimoine (écarts de 1 à 10, voire de 1 à 100 si on compare les ouvriers non qualifiés aux professions libérales), mais aussi sur les autres plans : les ouvriers & les employés consacrent une part toujours plus importante de leur budget pour se loger & se nourrir et toujours moins pour se distraire & partir en vacances. La mortalité des employés, et surtout des ouvriers, est plus élevée, de même que leur exposition aux maladies & accidents professionnels ». Sans parler d'une espérance de vie moindre, de plus de 10 ans entre un ouvrier & un cadre.classes_pop.3.jpg

L'on peut ajouter l’inégalité d’accès aux études pour leurs enfants : filières courtes & peu valorisées. Quand ceux des classes supérieures ont leur chemin tout tracé : classes prépa, grandes écoles (Polytechnique, HEC, Sciences-Po, ENA)

Quant à la vie politique … ! Hausse de l’abstention, diminution de leur part parmi les élus et les dirigeants politiques sont les marqueurs des classes populaires dans leur rapport au champ politique !

Il faut faire pièce aux arguments idéologiques laissant croire aux employés qu’ils font partie des « classes moyennes », tel que le montrait il y a peu encore un reportage TV où un ex-restaurateur se retrouvait employé de ... restauration … en fait garçon de café à installer les tables & les chaises en terrasses et à servir les clients !! Par ailleurs, comment appréhender la position sociale (sans parler des conditions de travail) des caissières de supermarchés ou des télé-opérateurs ?classes_pop.2.jpg

Ainsi, « 3 processus rapprochent aujourd’hui ouvriers et employés, et entretiennent leur position sociale dominée :

  • L’assignation des moins diplômés à des activités professionnelles peu considérées, souvent usantes physiquement et psychologiquement
  • Une raréfaction des voies de promotion vers les professions intermédiaires et des possibilités d’accès au statut de petit fonctionnaire
  • Les alliances conjugales restent fortement inscrites dans la classe sociale d’origine, cette homogamie sociale contribuant largement aux mécanismes de la reproduction des inégalités d’une génération à l’autre »

Bref, en conclusion : « ces processus concrets donnent aujourd’hui à l’expérience individuelle du salariat d’exécution la consistance d’une condition de classe » ! CQFD.

classes_pop.5.jpg

M.Cartier, I.Coutant, O.Masclet, N.Renahy & Y.Siblot : Sociologie des classes populaires contemporaines, Armand Colin, 2015.