La présentation officielle de cet ouvrage a eu lieu le 14 février dernier dans les salons de l’Assemblée Nationale (eh oui !), sous l’égide du groupe de la Gauche Démocratique et Républicaine.

Nombreuses personnalités invitées :

-ambassadeurs ou autres représentants d’Etats : Cuba, Bolivie, Vénézuéla

-représentants de partis : Afrique du Sud, Brésil, Chine, France, Grande-Bretagne, Hongrie, Italie, Liban, Martinique, Mauritanie, Portugal, Viet-Nam

-chercheurs : Fondation Gabriel-Péri, historiens, économistes,……

Il y a quelques dix ans naissait à Sao Paulo le Forum Social Mondial : rendez-vous annuel (il vient de se terminer à Dakar) des mouvements sociaux et altermondialistes, conçu à l’origine comme un anti-Davos, du nom de la chic station de ski suisse où se réunissent les puissants de ce monde, donc comme un rassemblement anti-libéral et alter-mondialiste. Devenu passage obligé du tout-venant de « Gôôôche », puisque même Martine Aubry y est allée cette année, il était important que les partis de la Gauche radicale échangent sur la situation internationale et les perspectives de changement.

Important pour plusieurs raisons, dont les moindres ne sont pas les événements en cours dans le monde arabe :

  • ce colloque ne se veut nullement être l’amorce d’une nouvelle Internationale communiste, car :

-de nombreuses organisations participantes ne le sont pas

-il ne saurait constituer autre chose qu’un lieu d’échange d’expériences

  • il s’est tenu en Amérique latine, là même où des changements politiques et l’arrivée de la Gauche au pouvoir tardent à se concrétiser en terme de transformation sociale
  • la rencontre du 14 février se tenait au moment où des peuples arabes se libèrent de la tyrannie, mais aussi où, en l’absence de véritable force révolutionnaire en leur sein, ils s’interrogent sur leur destin.