Jean-Jacques Augier, le trésorier de campagne de François Hollande aurait ainsi réalisé des investissements aux Îles Caïmans, paradis fiscal s’il en est. Une confusion des genres pas forcément illégale mais franchement nauséabonde.

Il y serait actionnaire de deux sociétés d’après des documents fournis par des journalistes américains indépendants (International consortium of investigative journalists)

Cet homme d’affaires aurait des parts dans une société par l'intermédiaire de la filiale de sa société française, holding qui gère toutes ses affaires en Chine

PAS ILLÉGAL MAIS ILLÉGITIME

La deuxième entité aurait été constituée avec des voyagistes. Là encore, elle a été créée aux Caïmans puis elle aurait été rapatriée à Hongkong.

Que dit la loi ? "Si une société française détient une entité juridique dans un pays doté d'un régime fiscal privilégié, directement ou par une filiale, et que cette entité n'a pas d'activité économique réelle mais porte des actifs dits "passifs" (des dividendes, des prêts, etc.), alors elle est imposable en France,

ENCORE UNE TÊTE D’OEUF !

Mais qui est ce J.J.Augier, inconnu du grand public ?

C’est un (haut) fonctionnaire ! Du moins à l’origine. Polytechnicien, Augier est un énarque de la promotion Voltaire, celle de François Hollande. Ex-inspecteur des Finances, il est ensuite parti “pantouflé” dans le privé, dès 1986, dans les taxis ! Il devint le directeur de la société G7, détenue par André Rousselet, qui venait de se voir confier la création de Canal Plus par Mitterrand. Augier en devint le grand patron en 1995.

Augier est un touche à tout. Il possède des boucheries à Pékin et s’est pris d’amour pour l’édition et la presse : il s’est offert des maisons d’éditions et il est le propriétaire du magazine Books et a récemment racheté le magazine gay Têtu.

CAPITALISTE PUR JUS

Donc, Augier, nourri au sein (et avec les fonds) de la Nation pour servir la République, a, comme bien d’autres (je pense à Alain Minc), vite quitté le service de l’Etat pour celui, plus rémunérateur, des affaires.

Indépendamment de son parcours dans le privé qui souligne, non pas son dessein de capitaine d’industrie au service du développement productif, mais bien son envie de faire du fric vite fait, bien fait, en en plaçant dans les secteurs les plus juteux au bon moment.

Le Monde parle de trésorier de la campagne : je ne pense pas que le grand quotidien du soir ait commis une erreur aussi grossière en confondant avec « mandataire financier ». Celui-ci est chargé de gérer le compte de campagne : c’est le comptable qui règle (essentiellement) les dépenses (tracts, affiches,….). C’est donc qu’Augier était chargé de l’autre plateau de la balance, celui des recettes. Et quoi de mieux pour ramener de l’argent en provenance du monde économique, que de faire appel à quelqu’un qui en fait partie, un du « sérail » ?

JAURÈS, BLUM, Réveillez-Vous, Ils sont devenus Fous…..du Fric !!

A force d’être en relation avec le milieu des affaires, on finit par fréquenter le « milieu (du capitalisme) » et par être mouillé dans des « affaires » : rappelez-vous !

-Rocard, membre de la Trilatérale, « club de réflexion » des années 70 réunissant patrons, intellectuels (de Droite) et hommes politiques (de Droite ….et de ‘Gauche’)

-Bérégovoy qui se fait prêter 1 million (et sans intérêt) par un patron ami de Mitterrand

-Strauss-Kahn qui est choisi par Sarkozy (plus copain-coquin avec le patronat, tu meurs !) pour être patron du FMI

Pour revenir à Augier, voici le parcours d’un notable du PS : plus rien ne le distingue de celui d’un baron de Droite !!!