Corr_a_1.png Equateur : élu en 2005, réélu en 2009, le Président de l’Equateur, Rafael Correa, avait annoncé, fin 2008, que son gouvernement n’honorerait pas le remboursement de 3,8 milliards de dollars d’obligations d’Etat, détenues par des institutions financières étrangères.

Cette somme représentait 39% de la dette extérieure totale du pays.

«Nous assumons entièrement la responsabilité de cet acte. » avait alors déclaré Corréa, estimant qu’une partie de la dette était « malhonnête et illégitime », suite aux conclusions de la Commission (CAIC) que le gouvernement avait constituée en 2007.

Composée d’experts juridiques et d’économistes internationaux, la CAIC estimait que la dette commerciale extérieure avait servi de mécanisme illégitime et illégal de pillage entre 1976 et 2006, la dette passant de 16 millions de dollars en 1976 à 4,2 milliards en 2006, malgré un remboursement net, sur un période de trente ans, de 7,1 milliards de dollars de capital et d’intérêts cumulés !

C’est l’« arithmétique des banquiers » : 16 millions de dettes à rembourser moins 7 milliards remboursés = il reste encore 4 milliards à rembourser! Cherchez l’erreur !

L’étude de la CAIC montrait que si les taux d’intérêt étaient restés à 6%, au lieu de s’envoler jusqu’à 21%, l’Equateur aurait dû rembourser sa dette dès 1995, et non pas dû payer 5,4 milliards supplémentaires. Le non-remboursement de la dette décidé courageusement par Rafael Correa a permis à l’Équateur d’économiser près de 7 milliards de dollars, réinvestis notamment dans des dépenses socialement utiles. La part du budget de l’État pour le paiement de la dette est passée de 32% à 15% et celle concernant les dépenses sociales de 12 à 25%. En outre la croissance est en moyenne de 4% depuis 2006.

(Signalons qu’en septembre 2010, Corréa a fait l’objet d’une tentative de coup d’Etat, officiellement fomenté par la police équatorienne, mais dont l’instrumentalisation revient à une « ONG » américaine, la NED, organisme à but non lucratif mais dont les ressources émanent du Département d’Etat américain (certains disent : la CIA)

Argentine : article à venir.........