Or, v'là t'y pas que viennent de sortir, et ni Le Canard Enchaîné, ni L'Humanité, n'y sont pour quelque chose, deux rapports accablants qui confirment que le gouvernement est sur la mauvaise pente, celle de l'emploi, du pouvoir d'achat & des conditions de vie.



1- D'abord le rapport de Valérie Rabault, députée socialiste et rapporteure générale du budget de l’Assemblée nationale, donc non suspecte d'être une adversaire du Premier Ministre. Pour autant, ce qu’elle a rédigé, cette ex-banquière parisienne n’est rien de moins qu’une remise en cause radicale de la politique du couple Hollande-Valls.

Ce rapport s'appuie sur les prévisions établies par le Ministère des Finances et des Comptes publics qui prédisent que « le plan d’économie de 50 milliards d’euros, proposé par le gouvernement, pour la période 2015-2017, soit une réduction des dépenses de plus de 2% aurait ainsi un impact négatif sur la croissance de 0,7% par an en moyenne entre 2015 et 2017 et pourrait entraîner la suppression de 250 000 emplois ».

Fichtre ! Et on est sûr qu'elle est socialiste ? Car dénoncer comme cela son propre gouvernement, ce n'est pas très fraternel dans un parti où les copains de 30 ans ont fait place, depuis 2012, aux adeptes de la discipline militaire.

Sapin_M.jpg Réplique violente de Sapin, le Ministre du Budget : « Ce n’est pas Valérie Rabault qui a fait les calculs. C’est un certain nombre d’économistes qui font des calculs de cette nature, qui sont des calculs totalement en chambre, des calculs extrêmement théoriques (…) ».

Le problème, ou le plus drôle, c’est que ce sont donc les propres troupes de Sapin, de là même d'où proviennent d'habitude la bonne parole libérale, le dogme anti-déficit et la doxa austéritaire, à savoir : le Ministère des Finances, qui ont produit ses études qui confirment, après de nombreux économistes, que ses propres choix économiques ont des effets négatifs sur les possibilités de reprise, réduisent les rentrées fiscales et creusent donc les déficits que le gouvernement prétend combattre.



2- Et comme un fait exprès, une note de conjoncture de l’Insee confirme ces analyses : ce n'est pas nouveau puisque même un commissaire européen avait naguère, avec force démonstrations économétriques, déjà tiré la sonnette d'alarme. Il ne manquerait plus que le FMI & la BCE se mettent à critiquer la politique Hollandaise ! Quoique ! Comme disait Figaro, le héros de Beaumarchais (pas le journal de Dassault) : « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur »

Bref, quel que soit le bout de la lorgnette par lequel on la regarde, notre économie part à vau-l’eau ! Et assommée par les plans d’austérité, la reprise en Europe est faible ou nulle. Voilà qui donne « officiellement » tort au gouvernement qui a fait avaliser un projet de budget rectificatif sur une hypothèse de croissance fausse. Les chiffres du chômage publiés la semaine dernière l’ont d’ailleurs démontré de la manière la plus claire possible et la plus cruelle aussi.

Hollande_attend_5.jpgEt les faux semblants de F. Hollande au Conseil européen, autour d’un pacte de croissance, n’y changent pas grand-chose. Il nous avait déjà fait le coup il y a deux ans. Personne n’en a vu le moindre résultat. La vérité est qu’il n’y aura pas de changement sans sortir des choix d’austérité actuels.

Et nous, au PCF, si nous n'avons pas de solutions, ni miracles, ni toutes faîtes, nous proposons toutefois :

  • Une nouvelle répartition des richesses pour augmenter les rémunérations du travail et les revenus des retraites modestes
  • Un plan de relance industriel, numérique, de service pour le développement humain afin de répondre aux besoins humains et pour favoriser la transition écologique.
  • Une expertise des dettes d’Etat pour pouvoir les renégocier ou en annuler une partie
  • Une réforme de justice fiscale et une transformation du système financier et bancaire, pour que l’argent soit un bien commun au service du progrès humain et du développement social


Décidément, il est plus qu'urgent de s’extraire du poison de l’austérité !